Retour à la Page d'Accueil

A l'origine de Rebais : saint Aile

 

 
Personnage marquant de l'histoire de Rebais, saint Aile (Agilus) naît en Franche-Comté entre 583 et 585 dans une famille de la haute aristocratie franque installée à Port-sur-Saône. Vers 594, son père Agnoald, conseiller du roi Childebert II, et sa mère Deutérie l'envoient au célèbre monastère de Luxeuil, près de Besançon. Fondée à la fin de l'année 593 par le moine irlandais saint Colomban, cette abbaye est alors un modèle de ferveur chrétienne organisé autour de la prière, de la mortification et de l'étude des Saintes Écritures.

Sa formation terminée, saint Aile commence à parcourir les routes de Gaule aux côtés d'Eustaise, disciple de Colomban et futur abbé de Luxeuil. Il participe alors à l'important travail d'évangélisation mené dans le Jura, en Bavière et en Brie. Il est ainsi présent lorsque Eustaise guérit miraculeusement la cécité de saint Fare avant de fonder pour elle le monastère de Faremoutiers, vers 620.

Revenu à Luxeuil, saint Aile est appelé en 628 pour être évêque de Langres, charge qu'il refuse. En 635, il est invité à prendre la tête de l'abbaye de Jérusalem-en-Brie (Saint-Pierre de Rebais), que saint Ouen est en train d'édifier sur les bords d'une rivière appelée Resbac. Natif du Soissonais, saint Ouen et son frère Adon avaient été bénis dans leur enfance par saint Colomban alors qu'ils séjournaient à Ussysur-Marne. C'est donc naturellement que, après avoir occupé des postes importants à la cour de Dagobert, ils avaient choisi de se consacrer à la vie religieuse. Adon assiste ainsi saint Ouen dans la fondation de l'abbaye de Rebais avant d'installer l'abbaye Notre-Dame à Jouarre, vers 637. Quant à saint Ouen, il devient archevêque de Rouen en 640.

Saint Aile arrive à Rebais en 636, accompagné d'une douzaine de frères de Luxeuil. Il est officiellement reconnu Abbé du monastère l'année suivante, à l'occasion d'un concile réunissant les évêques des Gaules à Clichy. Très actif dans l'organisation de la vie du jeune monastère, saint Aile aime aussi à s'isoler régulièrement à quelques distances de sa communauté. C'est au cours de l'une de ses retraites que, pris par la soif, il touche la terre de son bâton, faisant jaillir une source miraculeuse.

A la mort du saint, vers 650, ce lieu devient un centre de pèlerinage pour les moines de Rebais qui décident d'y édifier un prieuré et une chapelle qui resteront en activité jusqu'à la Révolution française. En 1792, les bâtiments de l'abbaye Saint-Pierre de Rebais et du prieuré dédié à Saint Aile sont déclarés Bien National et vendus comme tel. Tombant en ruines le prieuré est racheté au XIXe siècle par un prêtre de Meaux qui le transforme en orphelinat. Faisant reconstruire les bâtiments et la chapelle, il met également en valeur la source miraculeuse autour de laquelle chaque année, le premier dimanche de septembre, une messe est célébrée en l'honneur de saint Aile dont la fête se plaçait le 30 août avant d'être décalée au 4 septembre. Les bâtiments de l'orphelinat abritent désormais une maison de retraite départementale.

Il reste aujourd'hui de nombreuses traces témoignant de l'attrait suscité par saint Aile. Ainsi, l'église Saint-Jean-Baptiste de Rebais, la seule des trois églises de l'abbaye à avoir survécu, conserve les reliques du saint, une bannière processionnelle (XIXe siècle) à son effigie et une belle statue de bois polychrome réalisée au XVIIe siècle. De même, ce sanctuaire abrite le "gisant de saint Aile" sculpture commémorative du XIIIe siècle représentant le saint avec sa crosse d'abbé et un livre.

Vincent Majewski

École doctorale d'Études médiévales
de l'Université Paris IV Sorbonne
 

 

Retour à la page précédente